Le syndrome facebook

Ce midi j’ai eu la chance de dîner avec une gang de filles que j’adore. Je leur racontais ma fin de semaine passée avec mes enfants. Je leur ai confié que j’avais eu une fin de semaine très difficile et que j’étais à la recherche de trucs pour amener plus d’harmonie dans ma famille parce que j’étais très découragée de ma dynamique familiale actuelle. Je leur ai confié à quel point les chicanes perpétuelles entre mes enfants me rendent impuissante et à bout de ressources. Même si je connais des tonnes de trucs et que plusieurs de mes amies me demandent souvent conseil en la matière, il m’arrive moi aussi de ne plus savoir comment gérer tout ça.


En revenant à la maison, une de mes amies m’avait envoyé un message que je vous partage ici.


« Tu m’as tellement fait du bien ce midi… toi Patricia Dubé, que j’admire tellement comme maman et femme d’affaire… de partager que toi aussi ça arrive des mauvaises fin de semaine à cause de l’humeur des enfants oufff.. fait du bien des fois de se sentir moins seule dans l’éducation de ses enfants

Xxx

Fallait que je t’en parles, tu as fait ma journée xxx »


Son message m’a beaucoup fait réfléchir. C’est vrai qu’on a l’habitude de partager ce qui va bien. Regardez juste Facebook, on y poste les belles activités qu’on a fait avec nos enfants, les beaux moments, les commentaires joyeux. Quand avez-vous posté sur Facebook la dernière crise de votre plus jeune avec photo à l’appui ou la dernière fois ou votre plus vieux vous a manqué de respect? En fait on n’en parle pas de ces affaires là, on les garde pour nous. Pourtant, je ne sais pas pour vous mais chez nous ces moments arrivent assez souvent dans une semaine. En fait si je suis honnête je pense qu’ils arrivent beaucoup plus souvent que les moments intenses de pur bonheur familial. Est-ce que c’est moi qui ne l’a pas comme mère ou bien est-ce une réalité cachée?


Je me considère très choyée parce que j’ai les ressources autour de moi mais principalement en moi pour réussir à traverser ces moments plus difficiles et c’est également le cas de mon amie, mais je sais très bien que ce n’est pas le cas de tous les parents. Nous vivons tous des moments difficiles avec nos enfants et il faut arrêter de s’en cacher car c’est en partageant nos difficultés que nous allons les surmonter plus facilement et rapidement. Ce midi jamais je n’aurais cru inspirer quelqu’un en partageant mon histoire, j’avais seulement le goût de vider mon trop plein d’émotions. Pourtant, ce ne fut pas seulement bénéfique pour moi mais aussi pour mes amies avec moi.


On dit que ça prend un village pour élever un enfant et je suis totalement d’accord avec cette affirmation. Qu’en pensez-vous?

Patricia Dubé
Patricia Dubé

Author



Leave a comment

Free Facebook Likes